ELECTIONS MAI 2019 – NEGOCIATIONS

Cette page concerne quelques éléments du suivi de la formation du Gouvernement Wallon et fédéral

 

 

Gouvernement Fédération Wallonie-Bruxelles

 

Gouvernement Wallon

 

Le soir 13 août 2019

30 JUILLET 2019 – SUD INFO

 

JUILLET 2019 – PS-ECOLO-MR (RTBF) 

 

NÉGOCIATION PS-ECOLO…….(Cliquez sur le lien)) – Information 7 sur 7

NÉGOCIATION PS – PTB

Les démarches pour former le gouvernement fédéral (qui remplacera celui de Charles Michel) sont actuellement menées par les deux informateurs royaux, Johan Vande Lanotte et Didier Reynders (et non par le PS).

Au PS, nous soutenons la formation d’un gouvernement fédéral composé des quatre familles politiques : les socialistes, les écologistes, les démocrates-chrétiens et les libéraux. Un gouvernement sans la N-VA, donc.

Par ailleurs, le PS a entamé des discussions en vue de former les prochains gouvernements de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

A ce sujet, il me semble important d’informer en toute transparence de la manière dont les discussions entre le PS et le PTB ont eu lieu.

Nous l’avons indiqué pendant la campagne et nous maintenons notre volonté : au PS, nous voulons former les gouvernements les plus progressistes possible.

Nous avons reçu l’ensemble des partis, dont le PTB. Nous souhaitions examiner avec lui les convergences de fond afin qu’il participe au gouvernement.

La première réunion avec le PTB s’est tenue le 3 juin et s’est avérée cordiale. Il s’agissait d’une première prise de contact. Les questions de fond n’ont pas été abordées. A l’issue de cette rencontre, nous avons proposé au PTB un deuxième rendez-vous au cours duquel nous devions examiner ses propositions prioritaires et leur financement.

La deuxième rencontre a eu lieu ce mardi 11 juin. Les représentants du PTB ont exposé leurs priorités. Tout au long de l’examen de ces priorités, des convergences fortes sont apparues entre les positions du PS et du PTB : fin des partenariats publics-privés, davantage de logements publics, gratuité des TEC en Wallonie, conditionnalité renforcée des aides à l’emploi, soutien à l’emploi public, meilleur accompagnement des demandeurs d’emploi par le Forem, création d’un pôle public de production et de fourniture d’énergie, réduction des gaz à effet de serre, limitation du nombre d’élèves par classe, mise en place d’un référendum d’initiative citoyenne…

Nous avons souligné ces convergences et la possibilité de former un noyau de propositions fortes constituant le cœur d’un futur accord de gouvernement.

Les représentants du PTB n’ont rien voulu entendre. Ils ont souhaité mettre fin à la discussion de façon précipitée, au prétexte que la confiance n’était pas présente.

Nous ne pouvons que regretter vivement la rupture des discussions par le PTB, avant même un début de réelle négociation.

Il y avait à notre sens une véritable opportunité de mettre en place un gouvernement susceptible de mener une politique socialement ambitieuse, novatrice et responsable.

Avec le PS au gouvernement, cette politique se fera. Mais les responsables du PTB auraient pu nous accompagner dans sa mise en œuvre. Il n’en sera apparemment rien.

Nous l’avons dit et nous le redisons : notre porte reste ouverte aux représentants du PTB. Nous avons le sentiment qu’en abandonnant les discussions, les représentants du PTB ne répondent pas aux attentes de leurs électeurs et de leurs militants.

Elio Di Rupo